Comment choisir le collier et la laisse de son chien ?

Accepter le port de la laisse et du collier ou marcher à côté de son maître en lui étant ainsi relié ne sont pas des attitudes spontanées chez le chien. Cela peut sembler évident pour certains, cependant nombreux sont les propriétaires qui déclarent que leur animal « ne sait pas marcher en laisse … », comme si ce comportement était partie intégrante de la constitution naturelle du chien. Il est pourtant clair que le chiot doit apprendre à accepter le collier, qu’il lui faut acquérir les règles de la bonne marche en laisse, et que le succès de ces deux apprentissages dépend directement de la technique de dressage et du matériel utilisé.

 

Le choix du collier a une réelle importance

Vous venez d’accueillir votre chiot et vous devez choisir son collier : quels sont les critères de choix ?

Le collier va d’abord gêner, voire effrayer le chiot dans certains cas. Ce dernier cherchera à s’en défaire et sera d’autant plus perturbé qu’il ne pourra pas y parvenir. Le premier collier doit donc être léger et ne pas faire de bruit. Les breloques, les grelots et les clochettes en tout genre doivent être proscrits, de même que le collier en métal, dont les structures sont à la fois bruyantes et trop mobiles autour du cou.

Un petit collier, plat ou rond, en cuir, est particulièrement recommandé. Vous habituerez le chiot à le porter en le lui mettant par moments. Pour désamorcer les réactions de panique, vous provoquerez immédiatement un jeu, que le jeune chien associera rapidement au collier. Un processus d’association positive entre le port du collier et un instant de plaisir se mettra petit à petit en place de cette façon.

Par la suite, cet objet deviendra l’accessoire indispensable à l’éducation de la marche en laisse, car ce sera lui qui assurera le contact avec le maître et transmettra matériellement les impulsions et les informations que ce dernier enverra à son chien.

 

Quel genre de laisse faut-il choisir ?

Le collier choisi, il vous faut vous préoccuper de la laisse. Avant tout, vous devez comprendre ce que représente pour le chien ce lien matériel qui le maintient en permanence en relation avec son maître.

La laisse a deux conséquences sur le comportement du chien : d’une part, en limitant ses mouvements et en lui ôtant toute possibilité de fuir, elle pourra être à l’origine de réactions de peur ; d’autre part, en entretenant une situation de proximité, elle va favoriser les rituels de « menace à l’abri » et pouvoir occasionner des tensions.

En outre, il s’avère qu’une laisse très courte aura comme inconvénient d’augmenter la probabilité d’apparition de ces deux phénomènes. Par ailleurs, elle ne vous permettra pas de moduler les signaux que vous envoyez à votre chien.

Quant aux laisses à enrouleur, elles sont anti-pédagogiques. Il suffit de s’être retrouvé ligoté à la suite des va-et-vient d’un chien pour juger de leur côté pratique. Une laisse à enrouleur, qui donne au chien la possibilité de s’éloigner et de se rapprocher, rendra le dressage de la marche en laisse peu clair et inefficace. En effet, éduquer un chiot signifie implicitement apprendre au chiot qu’il existe des limites de l’espace et que son maître lui refuse de dépasser la hauteur de sa jambe. Une laisse à enrouleur aura pour seul effet de placer votre chien en pleine confusion dans vos ordres et contre-ordres. La laisse idéale est en cuir, et mesure environ 1,20 mètre. Elle sera tenue de façon à ne pas être tendue, et à autoriser la transmission des ordres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *